Houten paneel
 
La poussée silencieuse.jpg
Houten paneel

La poussée silencieuse: ‘du rêve à la réalité’

Interview de Dirk Graind’Orge réalisée par Jessica Lemmens

Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion d'assister à une journée de chasse à Eupen avec Dirk Graind'Orge. Ma première « poussée silencieuse ».

Ayant fraîchement obtenu mon permis de chasse, je suis invitée à participer à une telle journée de chasse pour la première fois.  Cela a rendu toute cette expérience encore plus excitante.

À la fin de cette journée, j'ai eu beaucoup de questions à poser parce que ce que je n’avais jamais entendu parler auparavant de cette méthode de chasse car j’avais personnellement l’habitude des battues classiques dites « à cor et à cri »... L'inconnu n'est pas aimé ? Mes questions ont récemment trouvé une réponse lorsque j'ai pu avoir une longue conversation avec Dirk dans le cadre d’une rencontre sur le terrain en vue d’une future  rédaction pour la Ligue des Chasseurs.

 

Dirk, dis-moi, comment tout a commencé ?  L‘idée, le concept, l’origine?

J'étais là, il y a 40 ans, alors que j'étais un jeune de 13-14 ans chassant à côté de mon père dans les Ardennes. J'avais suggéré à mon père de mettre les chasseurs sur des miradors puis de faire marcher les traqueurs dans le bois pour conduire le gibier le plus calmement possible vers les chasseurs. Cela suscitait peu d'intérêt à l'époque. La sensation de la chasse en battue régnait encore chez la plupart des chasseurs. Le bruit des traqueurs, les aboiements des chiens, les nombreux coups de feu qui tombaient.


Il y a tellement d'années, il y avait cette idée, ce rêve qui est finalement devenu le premier élan vers une chasse à poussée silencieuse. J'ai toujours eu un intérêt, plus une prédilection pour la chasse à l’affût. Les battues ne m’intéressaient pas vraiment.

Il y a 20 ans, j'avais une part de chasse sur un chasse à la Baraque Fraiture ou j’avais essayé le concept d’une sorte de poussée silencieuse. 'Duo-hunting' comme je l'appelais moi-même. J'avais imaginé un plan pour chasser en couple. Un chasseur sur le mirador et un autre chasseur au pirsch (approchant) devant le mirador à travers le bois, ou le long de la couverture où le gibier était en vue. En tenant compte de la direction du vent, le gibier captait mon odeur quand j’approchais et ils se déplaçaient d’une manière calme vers le mirador où mon compagnon pouvait exécuter un tir parfait. Sans que je m'en rende compte, c'était déjà une impulsion pour une chasse à la poussée silencieuse.

Au bout d'un moment, je suis parti à cause d'un ami qui cherchait une plus grande part de chasse et ensemble nous nous sommes retrouvés avec quelqu'un qui avait une superbe chasse à Eupen. Une chasse qui n'était pas aménagée et où je pouvais réaliser mon rêve de "la chasse en poussée silencieuse".

En partie grâce à l'apport de René Dahmen (ingénieur au DNF qui dans le temps avait commencé à pratiquer la poussée silencieuse dans cette région et qui avait déjà fait le premier pas fondamental), l'idée a mûri et on a rapidement compris qu'on allait partir dans cette direction. Il y a 15 ans, il y avait encore beaucoup d'opposition, mais au fond de mon esprit je gardais la pensée « L’inconnu n'est pas aimé ». Peu à peu, le concept de la chasse en poussée silencieuse est devenu de plus en plus respecté et il a séduit maintenant un large groupe de chasseurs, 80 à 90 % d’entre eux, qui le soutiennent.

Selon toi, quels sont les avantages et les inconvénients de la poussée silencieuse?

Les avantages: on peut placer une meilleure balle, pour qu'il n'y ait quasiment pas de gibier blessé au tableau. Ceci est également optimal pour la venaison. Le résultat des coups de feu tirés/animaux morts par terre atteint pour les sangliers à peu près 8/10 et pour les chevreuils et cervidés 9/10. C'est une manière de chasser beaucoup plus efficace : en pratiquant moins de jours de chasse, il y a moins de perturbations. Une fois un test a été fait avec une biche avec GPS allumé. Au cours de la poussée silencieuse, elle a été dérangée et le lendemain, elle se tenait exactement à la même place que celle où elle se tenait lors de la journée de chasse. (Source : René Dahmen - DNF)

Les inconvénients : cela demande une organisation solide. Il faut plusieurs personnes qui connaissent très bien la forêt où on chasse. Les posteurs et les traqueurs doivent connaître leur chemin à l'aveuglette. Un script clair doit être établi à l'avance. Il doit y avoir une manœuvre stricte de traque et pendant la journée de chasse, elle ne peut en aucun cas être modifiée. Cela demande beaucoup de préparation. Cela demande aussi une grande discipline et concentration de la part des chasseurs. Le gibier est soudainement là car vous n'entendez aucun chien aboyer ou traqueur s'approcher. 

 

Dans la 2ème partie de cet entretien, nous approfondissons l'organisation, le fonctionnement et la préparation d'une poussée silencieuse. Le comment et le pourquoi y seront expliqués en détail.

Ci-dessous, vous pouvez également lire le témoignage sur les expériences d'un chasseur, Lysander,  concernant sa première poussée silencieuse.

Stille drukjacht-002.jpg

,,

« L'année dernière, en pleine crise liée au Coronavirus, j'ai reçu une invitation inattendue pour une méthode de chasse qui m’était encore inconnue : la poussée silencieuse.

Au cours de cette journée parfaitement organisée, j'ai été vraiment impressionné par la connaissance du terrain de l'organisateur. Chaque groupe de traqueurs était actif dans un secteur et posait constamment des questions à Dirk pour assurer une traque optimale.

Suivre ces manœuvres à la radio était une excellente émission à écouter en soi !

Lors de la première traque, je n'ai vu qu'un chevreuil qui courait à grande vitesse. Mais dans la deuxième traque, je commençais déjà à comprendre comment le gibier gérait la perturbation : je devais regarder non pas d'où venait le bruit des traqueurs, mais de l'autre côté du couvert végétal. Effectivement, une chevrette et son jeune  se sont faufilés hors du couvert. Les deux étaient ouverts mais le faon offrait la meilleure possibilité de tir: un « bang » et la paix pouvait revenir dans les bois.

Incroyable à quel point cette méthode de chasse est efficace (17 balles/14 pièces). »